Le mystère d'un champion hors normes !!!!

Roman photo par Jean Goulesi, envoyé spécial PilotesF1

2 juillet 2002

 

Hors normes, mais pourquoi donc hors normes ???

Yan vient de conquérir un nouveau titre de champion Pilotesf1. Deuxième titre pour une deuxième participation, c'est monsieur 100%. 100%, c'est pas dans la norme ça :-)

Jamais Yan ne s'était exprimé plus que quelques phrases sur le forum. Pour PilotesF1, c'est pas dans la norme ça :-)

Des performances époustouflantes, quelque soient les conditions de piste, quelque soit la piste !!!!
Voyez donc ça, sur 32 séances de qualifications, 25 pôles positions, 4 deuxième places, 3 troisième places (Toujours sur le podium).
Sur 32 course, 17 victoires, 10 deuxièmes places, 1 troisième place... c'est pas dans la norme ça :-)

Bon, assez de superlatifs, nous en sommes tous convaincu, nous avons là affaire à un sacré gaillard... Mais derrière ce terrible pilote, qui donc se cache ??

Et pour en arriver là, aurait-il fait l'objet d'un conditionnement mental ou physique quelconque ???

Nous allons tenter d'éclaircir ce mystère, et pour cela, nous allons remonter loin, très très loin dans le temps...


Eté 1986, la région niçoise... Pascale et Didier ont chaud, très chaud au cours de cet été, à tel point que les plombs ont fondus et que la télévision est tombée en panne... Nous jetons un voile pudique sur la suite de ce premier évènement fondateur pour nous retrouver le 02/04/1987, toujours à Nice, pour assister à la naissance du petit Yannick. Plus question d'avoir le petit ventre rond pour la fraîche Pascale, il faut se partager cette tâche et c'est Didier qui prendre le relais... Après avoir goûté pendant de longs mois la tiédeur du ventre maternel, le petit Yannick ouvre donc les yeux sur ce nouveau monde. Les collines niçoises sont déjà bien peuplées, la Méditerranée n'attends que lui, et il ouvre des yeux très curieux sur son environnement...

 

Première indication, à l'âge de 2 ans, Noël 1989, Yan se lance déjà à l'assaut d'un véhicule pourtant sous motorisé... Qu'à cela ne tienne, il klaxonne déjà pour doubler. On reconnaît déjà les couleurs de la future Yandid 2000-2001, signe du destin ????

 

En 1991, la petite Raphaëlle fait son apparition dans la famille Lapchin, toujours à Nice... Qu'à cela ne tienne, pour le Noël de la même année, le petit Yannick reçoit déjà en cadeau un circuit de formule 1. La motorisation sera plus importante, et c'est à cette époque qu'il commence à maîtriser le bolide... Il se laisse griser par la vitesse, et ce virus ne le quittera plus, pour son bonheur, mais pour le malheur de quelques participants au championnat qui se casseront les dents sur ses pôles, et qui regretterons amèrement d'avoir laissé aux oubliettes leur circuit électrique...

 

 

En 1996, vacances à Barcelonnette pour la famille Lapchin !!!

C'est l'occasion pour le petit Yannick, qui à 9 ans a déjà bien grandi, de s'essayer au Karting, et c'est l'enthousiasme immédiat !!! Au dire des spectateur sur le bord de la piste, c'est une graine de champion... Petite anomalie sur la photo, le numéro 4, ça vous rappelle quelque chose ??? Le numéro de licence de Did, fier comme Artaban sur le bord de la piste... Signe du destin à nouveau ???

 

Du coup, la passion pour le Sport Automobile devient de plus en plus forte et en 1999, il prend les (télé) commandes d'un Scénic flambant (Orange) neuf

 

Mais deux ans à conduire un Scénic, même sans y toucher, c'est trop pour Yan qui n'en peut plus et qui va regouter aux joies du Karting. ça ne vaut pas la Chrysler Viper GTS-R 98 (qui a participé au Mans, sa voiture préférée), ni même une bonne fondue savoyarde, mais les sensations sont superbes et il va se prendre au jeu, attaquer et encore attaquer !!!

 

Cette passion pour le Sport Automobile, il va trouver un autre moyen de l'assouvir... Et ce moyen, ce sera de courir sur PilotesF1, sur GP3, à la manière d'Ayrton, son pilote préféré... Nous le découvrons, très concentré au volant... Son truc pour aller vite ???

"Son tic lorsqu'il s'installe au volant : c'est un maniaque de la position parfaitement symétrique. Un volant à peine décalé le rend mal à l'aise." avoue notre espion sur place

"Le voir conduire est étonnant, il regarde énormément ses vitesses de passage, et sait dire, au km/h près, la vitesse qu'il doit obtenir dans un virage, ou s'il est en avance ou en retard, car il a une grande quantité de points de repères sur la piste au niveau du chrono." renchérit notre espion... Bonne note prise par notre journaliste mais néanmoins pilote à ses heures...

 

Notre espion, à bout de performance devant un volant tentera bien de défier Yannick dans un autre sport... Cette histoire ne dira pas qui fut le vainqueur, mais le Ping Pong demande beaucoup de coordination, une grande attention donc, nous vous laisserons les pronostiques.

 

 

Mais mais, avant de découvrir la grandiose conclusion de ce roman-photo, un petit intermède avec cette interview fleuve de Yan. Ce dernier ne prend pas souvent la parole, mais quand il la prends, on ne l'arrête plus !!!!

 

Interview exclusive du champion 2002

Yan, merci de recevoir la Rédaction de l’écho pour cette interview de fin de saison. Tout d’abord, bravo pour ton titre, le deuxième d’affilée. Je crois que c’est la première fois que tu accordes une interview à l’écho. Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis né à Nice en 1987, d’une maman employée de banque et d’un papa employé EDF (que vous connaissez tous). J’ai une sœur âgée de onze ans, et qui se passionne pour la danse. Physiquement, je suis plutôt grand (1m80) et (hélas pour le kart) costaud.

Pour ce qui est des études, je passe en seconde, et j’espère trouver un métier dans l’aviation civile. Je suis bon en classe, mais il me faudra perfectionner mon anglais. En fait, depuis que je suis tout petit, j’adore les avions, et un stage que j'ai fait à la tour de contrôle a fini de me convaincre de m’orienter dans cette direction. J’ai découvert la conduite en kart, en vacances à Barcelonnette, et ça m’a tout de suite vraiment emballé. Dans ce domaine, mon meilleur souvenir reste ma participation à Bercy, même si le matériel était un peu défaillant. En tout cas, ça a fini de briser les réticences de ma mère, et je me prépare a rouler très bientôt avec mon propre matériel :-)

Au niveau du caractère, on dit que je suis réservé, timide même, et c’est vrai, bien que ca s’améliore. Je suis cartésien dans l’âme, assez peu imaginatif (hélas) mais travailleur et persévérant. Voilà, vous savez maintenant tout de moi ;-)
Ah si, un truc… je fais du hand ball, j’étais gardien au début, mais finalement, j’ai fini par jouer dans le champ !!

Comment t’est venue l’idée de t’inscrire à Pilotesf1 ? Et comment as-tu vécu ton intégration.

Je me rappelle qu’ avec mon père, on attendait beaucoup la sortie de Gp3, étant donné les bonnes expériences que l’on avait eu avec Gp2 et peut être Gp1, c’est vague dans mes souvenirs. On se faisait des petites courses à Monaco, c’était géant…Comme on voulait vraiment profiter de Gp3, on a donc commencé à chercher sur Internet les différents championnats.

Ce qui nous a fait pencher pour PilotesF1, c’est la condition pour laquelle on risquait de se faire renvoyer : " manque d’humour flagrant " :-) . Pour ce qui est de l’intégration, le site était lui aussi en transition de Gp2 à Gp3 ce qui nous a facilité la tache. Bipbip nous a bien mis dans l’ambiance et, de plus, Filou m’a vraiment aidé au niveau du pilotage et je voudrais l’en remercier, même s’il ne lira peut être pas ces lignes.

Le site a t’il répondu à tes attentes ?

Personne, bien sur, ne sera étonné si je réponds oui. Il a fait plus que ça, il m’a apporté des victoire et surtout la joie de participer à cette communauté qu’est Pilotesf1. Le site est en perpétuel mouvement, il nous procure des surprises, des nouveautés comme la Gtr, les Jetons, les Stats, la Vitrine, les Pistes créées spécialement… ( et j’ai cru comprendre que ça n’est pas fini ) et ça, c’est vraiment quelque chose, surtout que l’ambiance, elle, reste toujours aussi chaleureuse !

Il faut vraiment remercier les Zorgs car ils abattent un boulot faramineux, plus que vous ne pouvez l’imaginer, je le sais, j’en ai un à la maison :-)

Ce site est incroyablement agréable et agréablement incroyable.

L’an dernier, certains pilotes comme Filou, Ed ou Benja t’ont inquiété sur quelques grand prix. Ils n’ont pas pris le départ cette année, comment as-tu vécu la chose ?

La première année je pense que c’était plutôt moi qui devait inquiéter Filou et Ed, car j’étais le nouveau et eux les favoris. Je ne vous dis pas ma joie lorsqu’au premier GP, à Melbourne, j’ai dépassé Filou en qualifs. C’était incroyable, j’en étais moi même surpris. Et la réaction générale n’a fait qu’amplifier ma joie.

Progressivement ces deux pilotes se sont effacés, et j’ai vraiment trouvé ça dommage, mais heureusement, Quito, Rook, Chris, Jeannot et d’autres moins assidus (Benja, Vanlim, Haffond, Montoya) sont arrivés, et cela a relancé ma motivation de plus belle. J’ai été déçu de ne pas tous les retrouver à Monaco… Je suis certain qu’avec Gp4, certains de ces anciens pilotes reviendront.

Retour sur la saison 2001/2002. Ce titre a t’il été aussi facile à conquérir que le montre le classement ?

D’abord, le barème a été modifié, et les deux saisons sont donc difficilement comparables. Le championnat a complètement évolué cette année, tous les pilotes ont progressé, les consortiums se sont mis en place, certaines courses ont eu lieu sous la pluie ou sur des circuits inconnus, et même les règlements ont changé en cours de saison, retirant progressivement la place au hasard.

Face à tous ces chamboulements, pour rester dans le coup, il m’a fallu affiner mon pilotage, et j’y suis parvenu, en me rapprochant de celui de Montoya, par exemple, sans toutefois être aussi coulé que lui.

Il ne faut pas croire que tout a été facile, j’ai sacrément tiré la langue certaines fois.

Quels ont été les points fort de cette saison, voire les moments difficiles ?

C’est surtout l’alliance avec Gp3-pro et Katr qui m’a considérablement aidé dans l’optique du titre. Il faut savoir que notamment face aux nouvelles situations de courses et de piste, leur réglages m’étaient totalement indispensables pour bien figurer face au savoir faire Bcf1. Je me rappelle ainsi d’un setup envoyé par Orbit pour Magny Cours tout bonnement phénoménal. Mon point faible (bien qu’il s’améliore) c’est les réglages. Mais Manu, Kaliel, Vdeux, Orbit et même mon père ne m’ont jamais laissé dans l’inconnu. De toutes façons, tous les pilotes, même ceux de Bcf1 ont toujours été super sympa avec moi, je n’en reviens pas de leur gentillesse.

Pour ce qui est des moments difficiles, le premier GP, ou j’ai subi une casse mécanique d’entrée m’a pas mal abattu, et j’ai mis de nombreux GP pour remonter la pente.

Egalement la pluie, dans laquelle j’ai littéralement pataugé à Interlagos, fut un moment difficile. J’ai bien amélioré ce point faible, puisque j’ai pratiquement lutté à armes égales avec Quito à Suzuka.

Mais, dans tous ces moments difficiles, la ténacité de Vdeux étaient un exemple pour moi. On s’est battu avec nos moyens face à Bcf1… On a perdu, mais on en est sortis la tête très haute.

Quels ont été les adversaires les plus coriaces ?

Quito bien sûr, même s’il n’était pas présent pendant quelques Grand Prix. Le classement final est là pour le rappeler.

Mais je pense aussi à Rookmoute qui était complètement déchaîné et acharné, à Chriss077 qui m’a fait vraiment peur plusieurs fois, comme au Gouldid, où nous avons tenté de le déconcentrer J . Il y a eu aussi Haffond Lesgaz qui a quand même gagné le premier Grand Prix, Jean Goulesi en qualifs, Montoya, Damien ont tous été des adversaires plus coriaces les uns que les autres. Le dernier cité dans ma liste promet vraiment beaucoup pour l’avenir.

En voyant les résultats, et cette domination, on peut se demander si tu ne t’ennuies par sur Pilotesf1. Où trouves-tu une telle motivation ?

Comme l’année précédente, j’avais perdu un peu de motivation lors des courses de milieu de saison. A Interlagos, à Indianapolis ou bien encore à Imola94 j’ai eu du mal a me concentrer comme je le fais d’habitude, et cela s’est ressenti un peu dans les résultats. Dans ce que je viens de dire, je ne veux bien sûr pas rabaisser Montoya qui a fait quelques Grands Prix prodigieux à ce moment là de la saison. J’ai retrouvé ma motivation à Monza, qui est vraiment un circuit sympa. Il fallait bien cela car la fin de saison allait être de toute beauté.

De nouveaux circuits fabriqués par nos Zorgs préférés, plusieurs circuits présents la saison précédente mais vraiment très intéressants me donnait l’envie de m’arracher dans ce que je faisais. Cette fin de saison a été vraiment magnifique pour moi et tous les Grand Prix sans exceptions à partir de Monza ne m’ont apporté que du bonheur.
De plus ce dernier Grand Prix est la cerise sur le gâteau, car malgré le fait que j’ai perdu dans le dernier tour, on se tirait la bourre avec Quito c’était géant :-) . Il y avait aussi un suspense de tous les instants pour le titre constructeurs.

Un circuit où je me suis vraiment éclaté aussi, c’est Zandvoort. Ces grandes courbes étaient prodigieuses c’était génial.

Penses tu pouvoir garder cette motivation l’an prochain ?

Ben avec un jeu aussi agréable que GP4, des pilotes aussi talentueux que l’on étés certains cette année, la nouvelle écurie FELYN et de nouveaux enjeux, je pense qu’il n’y aura aucun problème J .

Néanmoins, avec l’arrivée du kart, j’aurai plus de mal à me concentrer sur le championnat, comme Chriss et son gros vélo :-)
Je ferai de mon mieux pour bien y participer, car pilotesf1 est une expèrience que je ne suis pas près d’oublier.

L’écurie Yandid a perdu le titre cette année. Déçu ?

Non pas du tout, car il vaut mieux avoir de la concurrence, et là on en a eu. On a certes perdu mais de belle manière, je pense. L’année prochaine, Bcf1 n’a qu’a bien se tenir, on sera là, et bien là !

L’année prochaine, venons-y. Quel sera ton objectif prioritaire ? Le titre pilote ou le titre écurie ?

Les deux !
Bien sur, le titre de Champion, mais je crois très fort en l’arrivée de Felyn, et je vais me défoncer pour l’écurie.
Avec Manu, on ne lâchera rien. Et la seconde écurie sera bien présente pour nous épauler…

La question que tout le monde se pose, maintenant depuis une paire d’années : Yan, quel est le secret de ta rapidité ? Des Setup fignolés au quart de poil ? Une botte secrète ?

Rien de tout ça !
Les setup, c’est pas mon fort (Quito, help J ) Aucune botte secrète non plus. Je ne sais pas, mon entourage dit que c’est inné… c’est peut-être parce que je conduis en chaussettes… vous devriez tous essayer, et faire des photos, les envoyer à
Jeangoulesi@hotmail.com, il fera des stats d’enfer :-)
Non, aucune info sérieuse, là dessus, désolé, je sais pas….

Que penses tu de GP4, par rapport aux premiers tours de roues ? Penses tu que la hiérarchie puisse être bouleversée l’année prochaine ?

Tout d’abord les graphismes, ça saute aux yeux, pour peu qu’on ait une grosse config (la notre n’est pas trop mal).

Ensuite, question conduite, les premiers tours de roues, on a tendance à assurer, et le jeu paraît beaucoup plus facile que Gp3. Mais, lorsqu’on commence vraiment à attaquer avec moins d’aides, les difficultés arrivent. Les petites imperfections du pilotage ont de grandes conséquences sur la trajectoire et sur le chrono, et plus rien n’est simple. Par contre, les sensations deviennent celles d’un kart. C’est bien foutu ! Ca doit pas mal correspondre à la réalité, je pense.

Pour ce qui est de la hiérarchie, j’espère bien qu’elle ne sera pas complètement chamboulée ! ! ! :-)

Enfin, Yan, pour finir cette interview, peux tu nous donner ta vision de Pilotesf1, souhaites tu voir des choses changer, évoluer, ou veux tu faire passer un message particulier ?

Les conférences de presse de Karine me manquent, cela reflétait bien l’esprit Pilotesf1, son coté humain. Sinon, bien sur, l’ambiance du site est un régal, et il faut tout faire pour la préserver et l’entretenir.
Pour mes souhaits techniques, vivement la course on-line ! ! ! ou sur un réseau, lors du Big Rassemblement !
Message personnel au Bcf1-Consortium-Machin-Bidule…hummm : FELYN VAINCRA ! ! ! !

Bon, merci donc à Yan pour avoir répondu à nos quelques questions... Le rédacteur bien qu'ayant quelques actions chez BCF1, ne répondra pas à cette provocation verbale et y répondra sur la piste lors de la saison prochaine ;-)

 

Nous passons donc à la conclusion apothéose de cet article, avec ce reportage photo de ce beau dimanche de fin juin sur le circuit de la Sarrée à Grasses... Pourquoi finir sur ces quelques photos ???

Tout d'abord, parce que cela va redonner quelques espoirs aux pilotes qui espère que Yan passera plus de temps sur le Kart que sur la piste de Pilotesf1... Je crois que ces espoirs risquent d'être déçus ;-)))

Deuxième raison, tout le monde se souvient du podium réalisé par Yan à Bercy en 2001 en finale OpenKart...
Le Karting est devenu une passion pour Yan, cette passion peut dorénavant se réaliser...

Troisième raison, et de taille celle-là, c'est surtout parce que ces photos sont en quelque sorte l'expression du bonheur très simple d'un "gamin" qui réalise son rêve, et de telles images, croyez moi, ça fait sacrément chaud au coeur, surtout de nos jours...

D'ailleurs, interprétation purement personnelle, on avait l'impression qu'il y avait deux gamins sur la piste ce dimanche là, le père, le fils... De beaux dimanches en perspective donc pour Yan qui semble avoir trouvé une machine à la mesure de son talent :-)

 

Le départ : le Kart est bien attaché sur la superbe remorque confectionnée spécialement et aux cote de la machine... On reconnaît le Scénic Vert sur lequel Did a réalisé ses dernières courses de la saison

 

Tout le monde se met en route, le Kart est déjà installé, et tout le monde s'affaire autour de la mécanique... La BCF1 gris métal de la famille Goulesi arrive en arrière plan...

 

Après le premier Check List, au tour de Did de verser l'essence dans le réservoir, le moteur va bientôt rugir !!!

 

ça y est, le Kart est prêt à partir, le pilote aussi, dans la belle combinaison, le casque et les gants... Le Scénic de course et la BCF1 de Jeannot sont reléguées à l'arrière plan, derrière le grillage... Il est pas heureux le Yan sous son casque ??? :-)

 

Tout de suite en action, Yan dépose déjà de la gomme sur la piste. La prise en main du Kart est très rapide, comme le prouve cette photo !!!

 

Première rentrée au stand pour le premier debriefing... On a un peu l'impression que Did va lui gueuler dessus mais que nenni, il s'agit plutôt d'une interrogation : le kart ne veut plus redémarrer... Les mécanos (pfff) sont très dubitatifs, la tension est extrême !!! Yan triture un peu le starter, les collègues des stands voisins arrivent pour nous prêter main forte. Changement de bougie, démontage du carbu, interrogations multiples, 40 minutes (Chronométrage officiel de Miss Goulesi) s'écoulent avant que le Kart ne redémarre par miracle !!! Il faut dire que les conditions météo ne sont pas des plus favorables : temps lourd, l'air est très humide, les mécanos s'affairent dans les stands, plus que les pilotes sur la piste.

Mais une fois le Kart redémarré, Jeannot en profite pour se glisser dans un autre kart pour que Did puisse immortaliser cet instant fugace où Yan double Jeannot, ce qui est peu ou pas arrivé cette saison sauf lorsqu'il lui prenait un tour ;-)

Ne s'en laissant compter, Jeannot s'accroche, au propre comme au figuré au volant mais bon, le Kart rouge est déjà bien loin !!!! Vous trouvez pas que ça fait un peu mécano au volant ?!

Après ces quelques instants de compétition amicale (difficile de prendre d'autres photos ensemble), les deux compères se retrouvent pour une photo de l'amitié :-)

Et toute la famille se retrouve auprès du Kart pour les derniers préparatifs avant le départ. Le Kart est bien sanglé, nous nous retrouvons tous autour d'un dernier pot avant de rentrer à la maison après une journée épuisante, pour les nerfs :-)))

 

 

Voilà donc la conclusion d'une belle journée, et également de ce roman photo. Nous avons donc eu, nous l'espérons un bon aperçu du passé de notre double champion, de sa vie sur PilotesF1 mais également de ce qui prendra une grande place dans sa vie future.

Nous souhaitions un peu mieux connaître ce champion qui est toujours (un peu quand même) resté dans l'ombre (imposante, soit) de son Zorg de père, nous espèrons que le voile est enfin levé :-)